La vérité cosméto du mois : Shampooing « Huiles Précieuses », de Timotei revu à la loupe

TIMOTEI

Shampooing « Huiles Précieuses »

Huile d’Argan bio et d’Amande

et extrait de Fleur de Jasmin

300 ml, 2,68 €

 

INCI : Aqua, Sodium Laureth Sulfate, Cocamidopropyl Betaine, Sodium Chloride, Glycerin, Argania Spinosa Kernel Oil, Carbomer, Citric acid, Cocamide MEA, Cocos Nucifera Oil, Dimethiconol, Disodium EDTA, DMDM Hydantoin, Glycol Distearate, Guar Hydroxypropyltrimonium Chloride, Jasminum Officinale (Jasmine) Flower Extract, Parfum, PEG-45M, Phenoxyethanol,PPG-9, Prunus Amygdalus Dulcis Oil, Silica, Sodium Benzoate, Sodium Hydroxide,TEA-Dodecylbenzenesulfonate, TEA-Sulfate, Butylphenyl Methylpropional, Coumarin, Linalool 

 

 

Voici un shampooing qui se présente sous une facette «naturelle» , avec la mention « d’huiles d’Argan Bio et d’Amande », « d’extrait de fleur de jasmin » et un logo «0 % paraben, colorant » qui se veut rassurant.

Dans la présentation du produit sur l’emballage, on peut lire ;

« Sa formule est enrichie en Huile d’argan Bio et Huile d’Amande, connues pour leurs vertus nourrissantes, associées à de l’extrait de Fleur de Jasmin. Elle nourrit instantanément vos cheveux, leur apportant brillance et douceur infinie ».

A cela se rajoute le slogan prometteur «la beauté sans artifices». On pourrait donc même interpréter ce slogan comme « une beauté sans artifices, naturelle »…

Allons jeter un coup d’oeil derrière les coulisses pour vérifier la composition exacte du produit :

 

 

 

Analyse des composants :

Comme toujours, ce sont les 5-8 premiers composants qui constituent majoritairement le « profil » du produit.  

De manière générale, un shampooing est constitué d’environ 70% d’eau, viennent ensuite des bases lavantes (environ 20%) et d’autres composants annexes.

En ce qui concerne les shampooing, (ou même les gels douches, par exemple),  ce qui est donc primordial, c’est le choix des bases lavantes (tensioactifs) qui peuvent être soit très doux, bien tolérés par la peau, ou plutôt irritants ou problématiques pour l’environnement.

La formulation se compose ici d’un mélange d’un tensioactif irritant le Sodium Laureth Sulfate, (voir PEG) associé à un tensioactif plus doux le Cocamidopropyl Betaine.

Mais d’autres substances problématiques et controversées se sont également glissées dans la formule :

  1. Le Butylphenyl Methylpropional (Lilial) classé perturbateur endocrinien
  2. Le conservateur de synthèse Phenoxyethanol,  hépatotoxique (problématique pour le foie),  allergisant, restriction d’utilisation.
  3. Plusieurs PEG (PEG-45M,PPG-9) des matières éthoxylées. Obtenues à partir de gaz extrêmement réactifs et toxiques, issues d’un procédé chimique qui impose des mesures de sécurité les plus strictes. Les PEG sont par ailleurs susceptibles de rendre la barrière de la peau plus perméable à d’autres substances et sont peu biodégradables, donc polluantes.
  4. Le Guar Hydroxypropyltrimonium Chloride, un autre composant éthoxylé, similaire au PEG
  5. Le conservateur de synthèse DMDM Hydantoin, susceptible de libérer du formaldehyde, cancérigène
  6. L’agent complexant Disodium EDTA, peu biodégradable et polluant, (voir fiche composant sur le site)
  7. Le tensioactif de synthèse TEA-Dodecylbenzenesulfonate, susceptible de former des nitrosamines, cancérigènes 
  8. Le Dimethiconol, composant à base de silicone, peu biodégradables et problématiques pour l’environnement.

Bien sûr que l’on retrouve également l’huile d’argan (6ème position) et l’huile d’amande (21ème), ainsi que l’extrait de jasmin (16ème ), mais ces composants naturels ne font pas le poids face au mélange de tensioactifs irritants, de composants problématiques, controversés et polluants.

Le fait de mentionner «O% parabènes » permet de rajouter en douce un conservateur de synthèse tout aussi, ou même plus problématique, que les parabènes, le DMDM Hydantoin, le fait de rajouter 0% de colorant me paraît plutôt incompréhensible, car qu’il s’agit bien d’un shampooing, ou les colorants ne jouent pas un rôle majeur.

On revient toujours aux mêmes principes : une touche d’huile végétale ou quelques composants naturels parmi une flopée de composants de synthèse controversés ne rend jamais la formule automatiquement « naturelle ».

Verdict : Une beauté sans artifices ?  Tout dépend de la définition du terme « artifices », en tout cas ce shampooing est formulé avec des composants peu recommandables, et surtout pas du tout naturels…

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *