La Vérité Cosméto du Mois : Rouge à lèvres Yves Rocher «Rouge Vertige»/ Effet Brillant revu à la loupe

 

Décembre 2019

Yves Rocher

Rouge à lèvres

Rouge Vertige

Effet Brillant

30 ml

6,50 €

   

En s’appliquant du rouge à lèvres quotidiennement, quelle quantité est ingérée, d’après vous ?

Le magazine de consommateurs allemand « Ökotest » évoque une étude du comité scientifique de l’EU qui a calculé que cela représentait environ 20 grammes par an environ : ce qui représente environ 4 rouges à lèvres/an.

Raison de plus de regarder de plus près la composition des rouges à lèvres, qui ont parfois des compositions assez contestables.

Dans son édition de mars 2018 le magazine »Ökotest » avait d’ailleurs également analysé la composition d’une sélection de rouges à lèvres.

Le test comportait en tout 22 produits, à la fois des marques conventionnelles, «classiques» et des marques certifiées de cosmétique naturelle et bio.                                                         

Verdict :

  • 7 produits classés «très bien» (dont 6 de cosmétique naturelle et bio) 
  • 1 produit classé  « satisfaisant »
  • 1 produit classé  « suffisant » et le reste des produits conventionnels passent directement aux cases «déconseillés ».                                                                                  

Les produits -analysés sur la base de leurs formulations-, ont été déclassés à cause des composants suivants :                    

  • Composants à base d’huiles minérales qui contenaient des MOSH et MOAH,(hydrocarbures aromatiques), substances classées potentiellement cancérigènes, accumulation dans les tissus 
  • Des composés organo-halogénés, potentiel allergène plus élevé
  • Des colorants azoïques allergènes Tartazin CI19140
  • Des traces de métaux lourd (plomb), neurotoxique 
  • Des filtres UV de synthèse controversés (perturbateur endocriniens ou autres)     
  • Des composants à base de silicone, polluants          

Revenons à l’analyse de notre produit, le rouge à lèvres de Yves Rocher

Bénéfices produit du rouge à lèvres, –  présentés sur le site de Yves Rocher :

DESCRIPTION

Rouge Vertige Effet Brillant

« Des couleurs rayonnantes qui habillent, un soin nourrissant qui enveloppe.
54 nuances et effets du plus délicat des nudes au plus intense des rouges; d’infinies variations pour sublimer toutes les femmes.

Des couleurs rayonnantes associées à une texture soin à l’huile de Cerise nourrissante pour un confort absolu. Son + : Texture fondante

Actif Végétal : Huile de Cerise

L’huile de cerise, par sa composition en acides gras, est reconnue pour ses propriétés émollientes et nourrissantes.
Testée en efficacité biologique in-vitro, elle s’est révélée efficace sur le renouvellement cellulaire. »

https://www.yves-rocher.fr/maquillage/levres/rouge-a-levres/rouge-vertige-effet-brillant/p/yr.R40938

Donc, selon Yves Rocher, la matière active la plus importante, celle qui mérite en tout cas à être mise en avant en tant qu’actif végétal, serait «l’huile de cerise»…aux propriétés émollientes et nourrissantes…

 

Allons jeter un coup d’oeil sur la formulation du rouge à lèvres Yves Rocher désormais.

Ingrédients/INCI* :

  • PENTAERYTHRITYL TETRAISOSTEARATE, PROPYLHEPTYL CAPRYLATE BIS-DIGLYCERYL,POLYACYLADIPATE-2 POLYBUTENE, OCTYLDODECANOL, HYDROGENATED POLYISOBUTENE, POLYETHYLENE VP/EICOSENE COPOLYMER, METHYL HYDROGENATED ROSINATE, CANDELILLA CERA/EUPHORBIA CERIFERA (CANDELILLA) WAX/CIRE DE CANDELILLA, CERA ALBA/BEESWAX/CIRE D ABEILLE, SYNTHETIC WAX, HYDROGENATED MICROCRYSTALLINE WAX, PRUNUS AVIUM (SWEET CHERRY) SEED OIL, (HUILE DE NOYAU DE CERISE,) PARFUM/FRAGRANCE, BHT, BENZYL ALCOHOL, LECITHIN [+/- (MAY CONTAIN/PEUT CONTENIR) MICA SILICA (SILICE) SYNTHETIC FLUORPHLOGOPITE, TIN OXIDE, CI 12085 (RED 36) CI 15850 (RED 6) CI 15850 (RED 7 LAKE) CI 16035 (RED 40 LAKE) CI 19140 (YELLOW 5 LAKE) CI 42090 (BLUE 1 LAKE) CI 45380 (RED 21 LAKE) CI 45410 (RED 27 LAKE) CI 73360 (RED 30) CI 77491 (IRON OXIDES) (OXYDE DE FER) CI 77492 (IRON OXIDES) (OXYDE DE FER) CI 77499 (IRON OXIDES) (OXYDE DE FER) CI 77891 (TITANIUM DIOXIDE) ] 3020v0

 

 

Analyse des composants :

 

 

 

 

Analyse des composants du rouge à lèvres Yves Rocher :

Ce qui saute aux yeux, quand on regarde l’ensemble de la formulation, c’est que les composants d’origine végétale sont loin de jouer le premier rôle… Dans la première partie, celle qui détermine le profil global du produit, (car les composants y sont présents en plus grande quantité), on retrouve surtout un mélange d’huiles minérales ou de cires de synthèse.

Avec quelques huiles ou cires végétales coincées au milieu de la formule, mais qui vont jouer un rôle plutôt accessoire.

Comme toujours, ce sont les 5-8 premiers composants qui constituent majoritairement le « profil » global du produit.

Ces huiles minérales ou synthétiques présentes en première partie de la liste (POLYBUTENE, HYDROGENATED POLYISOBUTENE, POLYETHYLENE VP/EICOSENE COPOLYMER) procurent hydratation, -certes-, mais posent problème à d’autres niveaux (voir ci-dessous).

Les huiles minérales représentent par ailleurs aussi un réel problème environnemental : le processus d’extraction et du raffinage du pétrole présentent un bilan écologique désastreux.

Précisions concernant les huiles minérales en cosmétique

*******************

Le BFR allemand a récemment publié une conclusion rassurante concernant l’application cutanée de produits cosmétiques à base d’huiles minérales, – qui ne poseraient pas de problématique de santé.

Ce qui n’enlève pas la problématique de l’effet occlusif en forte concentration, ni la qualité  «inerte» de la matière première, la rendant moins intéressante que les huiles minérales, et la problématique environnementale.

« According to the currently available scientific knowledge, no health risks are to be expected for consumers who apply cosmetic products to their skin, in the view of the BfR. »

En ce qui concerne les % d’huiles minérales appliqués sur les lèvres (contenus dans les produits pour les lèvres: baumes, mais aussi rouges à lèvres et gloss), le BFR estime qu’il n’y a pas de problématique de santé, non plus, à partir du moment où les fabricants respectent la typologie des huiles minérales utilisées et le taux maximal d’ingestion potentielle quotidienne. (aussi appelé « ADI » : Acceptable Daily Intake, qui vaut aussi pour l’alimentaire.)

Mais est-ce que les fabricants respectent toujours ce seuil ‘ADI’, et la typologie des huiles minérales recommandées ?

Pas toujours, dans le même communiqué le BFR admet que des études portant sur de produits de soin pour les lèvres en Suisse et en Allemagne ont démontré que la recommandation n’est souvent tout simplement pas respectée par les fabricants.

« According to Recommendation No. 14 from Cosmetics Europe (2014), only those mineral oil hydrocarbons for which an ADI value has been derived should be used in lip care and oral care products. »

(….)

The examination of more than 200 lip care products from the Swiss market (Niederer et al., 2015) showed that the mineral oil quality used in numerous products did not comply with Recommendation No. 14 of Cosmetics Europe (Cosmetics Europe 2014).

(….)

Analysis of lip care products in Switzerland and Germany demonstrate, however, that mineral oils which do not comply with this recommendation were also used in a number of products. The BfR advises manufacturers of lip care products to comply with the recommendation of Cosmetics Europe.

https://www.bfr.bund.de/cm/349/highly-refined-mineral-oils-in-cosmetics-health-risks-are-not-to-be-expected-according-to-current-knowledge.pdf

Par ailleurs, selon certaines analyses de test produits du magazine allemand Ökotest le taux de MOAH contenu dans les produits à base d’huiles minérales varie fortement, et peut parfois même atteindre jusqu’à 5%. (Ökotest 01_2018)

Concernant l’analyse du rouge à lèvres de Yves Rocher

Ce qui peut être considéré comme problématique dans cette formulation, – en dehors des composants issus de la pétrochimie (huiles minérales, voir plus haut)

Quelques substances controversées se sont glissées dans la formule du rouge à lèvres d’Yves Rocher:

  1. Un grand nombre de composants de synthèse, issus de la pétrochimie ou silicones, problématiques environnementale et peu intéressants en terme de substances de soin.
  2. Le BHT antioxydant chimique (classé perturbateur endocrinien supposé)
  3. Le Synthetic Fluorphlogopite, est un composant de synthèse, régulateur de viscosité, ou aussi parfois employé comme pigment de synthèse («synthetic mica»), alors que de nombreuses alternatives naturelles (pigments minéraux naturels) existent.
  4. Des colorants de synthèse controversés (les colorants azoïques) CI 12085 (RED 36) /CI 15850 (RED 6)/CI 16035 (RED 40 LAKE)/CI 19140 (YELLOW 5 LAKE), présents en qualité variable en fonction des différentes nuances. Les colorants azoïques (pigments de synthèse) peuvent déclencher des allergies, certains colorants azo sont classés «cancérigènes possibles».

Verdict

Une formulation où les composants de synthèse hydratants (huiles et cires minérales) et composants colorants (colorants azoïques) jouent le rôle principal... L’huile de cerise, vantée par Yves Rocher dans la présentation du produit joue un rôle purement anecdotique et sert d’alibi pour « verdir » la formule, la faire paraître plus naturelle et végétale qu’elle ne l’est en réalité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.